Y a-t-il un lien entre surpoids et impuissance ?

poids de forme

surpoids et impuissance

L’impuissance est un tabou sociétal des hommes dans la fleur de l’âge (entre 25 et 70 ans). Elle touche plus de 250 millions d’hommes dans le monde et augmente chaque année. La sédentarité, la mauvaise hygiène alimentaire et le surpoids croissant, en sont les causes directes et provoquent également une baisse de fertilité des populations occidentales.

Osons évoquer ces tabous ensembles et trouvons des solutions à vos problèmes !

La libido ça se mérite

Où est passée ma testostérone ?

ou est passée ma testostéroneLa testostérone, hormone dérivée des androgènes, produite par les testicules (cellules de Sertoli), transforme le corps d’un garçon en homme (poils, muscles, grossissement de la verge et des testicules et formation de spermatozoïdes). Elle est aussi le fruit de la libido masculine dès l’adolescence (désir de puissance, d’élan de vie, de pouvoir, d’agressivité, et pulsions sexuelles). Les femmes, quant à elles ont une libido stimulée par l’œstradiol dérivée aussi des androgènes.

Le surpoids modifie les cycles hormonaux et diminue la sensibilité du corps à certaines hormones dont la testostérone chez l’homme.

Être bien dans son corps et dans sa tête

être bien dans son corps et dans sa têteL’image du corps que nous transmettons aux autres et que nous nous offrons à nous-mêmes est véritablement un moteur ou un frein à notre aisance (physique et psychique) dans l’exercice sexuel. De plus, elle est notre joie ou notre déception de nous voir nu et de nous mettre à nu devant autrui. Une bonne relation à son corps est indispensable à l’apparition d’un désir sexuel. Une situation de surpoids ou d’obésité pourra parfois s’avérer être un frein majeur au moment de se dévoiler à l’autre.

L’aspect psychologique est évidemment très important dans ces mécanismes. L’absence d’intérêt sexuel et de libido est un des signes possible du diagnostic d’un état dépressif d’après le référentiel national de médecine psychiatrique (DSM5). Cette baisse de l’intérêt sexuel et de libido est aussi observée lors de phase de deuil, de troubles anxieux, mais encore de mal être psychique sans parler d’épisode dépressif (exemple : personne en phase de remise en question, manque de confiance en soi, problème de couple, de travail…).

Les personnes en surpoids sont plus souvent sujettes aux états dépressifs pour plusieurs raisons :
dépression
  • psychologiques : contact avec une image d’elle-même qui ne lui convient pas, déprime sous-jacente à la prise de poids ou encore après échec de régimes répétés (cercle vicieux).
  • organiques : le taux de leptine élevé dans le sang (plus importante chez les personnes en surpoids ou obèse) serait corrélé aux risques de troubles de l’humeur et de dépression1. De plus, les troubles de la sécrétion et de la sensibilité aux androgènes diminuent leur pouvoir et réduisent l’élan vital.
Ces phénomènes expliquent donc pourquoi les personnes en surpoids ont souvent une libido moins développée que celles ayant leur poids de forme.

Offrez vous le droit de jouir

L’orgasme est aussi un point important de la sexualité qui peut être altéré par plusieurs phénomènes, le plus souvent psychiques. Là aussi, un bon état psychique est indispensable à l’obtention de l’orgasme avec un grand « O ». Être bien dans son corps, bien dans sa vie reste le secret de l’épanouissement personnel dans ce domaine.

Notons que l’érection est une étape clé préalable à la relation sexuelle (individuelle ou non) bien que non indispensable à l’obtention de l’orgasme et à l’éjaculation masculine. Cependant, le rapport sexuel avec partenaire sera plus difficile sans.

Si mon sexe va mal, mon cœur aussi

mon sexe va mal, mon coeur aussiLes troubles érectiles sont très liés aux maladies cardio-vasculaires. En effet, l’artère pénienne à quasiment le même diamètre que les artères coronaires (2 à 4 mm). Ce qui laisse prédire d’un homme qui n’arrive plus à avoir une érection correcte (et ce dès le réveil), soit, que l’ensemble des vaisseaux sont encrassés2 , soit, que ses hormones masculines sont en berne. Cette observation est souvent corrélée à un index de masse corporelle (IMC) élevé.

Les plaques d’athéromes et autres troubles vasculaires signent aussi majoritairement un manque d’activité physique en plus d’écarts de diététique. Le manque d’endurance sera lui aussi responsable d’un essoufflement rapide lors des rapports sexuels et de la perte d’énergie induisant un arrêt précoce de l’instant de partage*.

Dans ce cas, il est alors grand temps de se reprendre en mains et de suivre les recommandations que nous vous donnons dans le dernier paragraphe.

Votre fertilité est à préserver

fertilité préservéeEn France, près de 3% des nouveaux-nés sont conçus par assistance médicale à la procréation. Les chiffres ne cessent d’augmenter depuis 10 ans grâce aux progrès de la médecine mais surtout à cause de la perte en qualité du sperme et les troubles de l’ovulation. Ceci est dut en grande partie à un mode vie inadéquat : mal-bouffe, surpoids, sédentarité.

En effet,  de nombreuses études ont prouvé que le surpoids diminue la quantité et la qualité du sperme3. Il diminue pour la femme la capacité de sécréter les hormones nécessaires à la nidation et aux premiers stades de la grossesse4.

Allo Docteur, quels sont les solutions à mes problèmes de surpoids et impuissance ?

Mieux vaut prévenir que guérir

pratiquez un sportPour éviter d’en arriver à ces précédentes complications, appliquez les conseils suivants, vous serez moins sujets à des problèmes de surpoids, d’impuissance, d’infertilité, de mal-être et vous aurez une vie plus saine et une sexualité plus épanouie.

  • activité physique quotidienne de 30 minutes à 1 heure minimum : facile à mettre en place en changeant ses modes de déplacement, en faisant de l’exercice, en s’inscrivant dans une salle de sport, en faisant un sport collectif ou individuel, en faisant des balades…
  • arrêter les toxiques comme le tabac par exemple
  • identifier ses besoins nutritifs et prendre en main son alimentation pour qu’elle soit équilibrée, complète, et sans frustration

Quand il faut mettre le paquet

allo docteurLorsque des pathologies apparaissent ( impuissance, troubles de la sexualité, infertilité, surpoids), la prise en charge médicale doit être rapide et efficace5.

Le premier impératif du traitement médical est l’amélioration du mode de vie, il est la base de toute prise en charge :

  • mise en place d’une diététique alimentaire : pas de sel ajouté, peu de graisse et de sucre dans les repas et boissons, beaucoup de fruits et légumes, repas équilibré, pas de grignotage
  • activité physique quotidienne : il est prouvé que faire du sport diminue le risque de surpoids, de maladies vasculaires, augmente la libido et améliore la fertilité6
  • perte de poids (10% de son poids actuel) : objectif IMC entre 22 et 24
  • arrêt du tabac

Lors de risque de complications vasculaires (athérome, hypertension artérielle, infarctus, ischémie)  ou trouble de la fertilité (pas de grossesse après 12 mois de rapports sans contraception) sont avérés, il est nécessaire de mettre en place, en collaboration avec son médecin, un traitement allopathique ou même chirurgical, en fonction du contexte.

Trouble érectile

Pour vous, messieurs, n’attendez donc pas pour consulter votre médecin généraliste en cas de  d’impuissances répétées. Une remise en question de votre mode de vie s’impose alors et un bilan général (sanguin, cardiologue) est le bienvenu. Vous aurez peut-être besoin de protéger vos vaisseaux des complications avec certains traitements (anti-agrégants plaquettaires, statines, anti-hypertenseur…) qui seront prescrits si besoin.

Il est important de rappeler que l’automédication est dangereuse pour la santé. Le viagra (iPDE5) ne doit pas être utilisé dans n’importes quelles conditions et doit être prescrit par un médecin.

Infertilité

Si vous essayez d’avoir un enfant, en vain, commencez par prendre de bonnes habitudes pour votre santé ce qui augmentera vos chances de procréer.  Une hygiène alimentaire saine est un point essentiel dans la lutte contre le surpoids, c’est évident. L’activité physique, actrice dans la perte de poids et l’harmonisation de la sécrétion hormonale, augmente aussi le taux de fécondation et de grossesse. Pour les patients avec une obésité sévère, l’amaigrissement (par chirurgies bariatriques et prise en charge diététique) montre une augmentation significative de la fertilité dans les mois qui suivent7.

Ce sont les points clés de toutes prises en charge par les professionnels de l’assistance médicale à la procréation. Ils seront envisagés systématiquement avant la pratique de FIV (Fécondation In Vitro) ou autres, si vous consultez. Nous vous encourageons donc à anticiper et commencer dès à présent à mettre en application nos conseils.

La santé d’un individu se définit par son état de bien être physique, psychique et social. Votre sexualité n’est elle donc pas indispensable à votre santé ?

sexe

N’hésitez plus, prenez soin de vous et parlez-en à votre médecin. Votre corps et votre esprit vous remercieront plutôt 2 fois qu’une !

 

  1. Psychiatry Res. 2015 Aug 30;228(3):866-70. doi: 10.1016/j.psychres.2015.05.009. Epub 2015 May 15.The role of adiposity in the relationship between serum leptin and severe major depressive episode.Ubani CC1, Zhang J2
  2. J Sex Med. 2015 Sep;12(9):1862-4. doi: 10.1111/jsm.12977. Epub 2015 Aug 31.Association Between Objectively Measured Physical Activity and Erectile Dysfunction among a Nationally Representative Sample of American Men.Loprinzi PD1, Edwards M2.
  3. Fertil Steril. 2016 Jul 25. pii: S0015-0282(16)61396-1. doi: 10.1016/j.fertnstert.2016.06.041. [Epub ahead of print]Influence of increasing body mass index on semen and reproductive hormonal parameters in a multi-institutional cohort of subfertile men.Bieniek JM1, Kashanian JA2, Deibert CM3, Grober ED4, Lo KC4, Brannigan RE5, Sandlow JI6, Jarvi KA4.
  4. Horm Mol Biol Clin Investig. 2015 Oct;24(1):5-10. doi: 10.1515/hmbci-2015-0023.Obesity and fertility.Best D, Bhattacharya S.
  5. Asian J Androl. 2015 Jan-Feb;17(1):5-10. doi: 10.4103/1008-682X.137687.Lifestyle modifications and erectile dysfunction: what can be expected?Maiorino MI, Bellastella G, Esposito K1.
  6. Transl Androl Urol. 2016 Apr;5(2):187-94. doi: 10.21037/tau.2016.02.05.Can lifestyle modification affect men’s erectile function?Hehemann MC1, Kashanian JA1.
  7. Abnormalities of Reproductive Function in Male Obesity Before and After Bariatric Surgery-A Comprehensive Review.Rosenblatt. Obesity surgery Volume: 25 Issue 7 (2015) ISSN: 0960-8923 Online ISSN: 1708-0428

*en cas de douleur à la poitrine, perte de conscience ou difficulté respiratoire, appelez le 15.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedin

Joana & Damien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *